n°737-738

 Diffusion Sélective de l'Information

Du 11 au 24 juin 2018

       Veille Technologique:

• La réalimentation de nappe  

Cette technique est intéressante pour réalimenter une nappe surexploitée sans changement significatif de la qualité de l’eau, pourvu que le traitement des Eaux Résiduaires Urbaines soit suffisamment poussé; elle peut être aussi appliquée, en zone côtière, pour protéger une nappe de bonne qualité contre les pénétrations d’eau salée au cours de son exploitation : on parle alors de «barrière anti-intrusion». Cette technique exige une nappe souterraine, géologiquement individualisée, dont l'alimentation naturelle est bien connue.

Cette technique permet :

- l'élimination naturelle de tous les germes et bactéries pathogènes et la diminution de la teneur en MO assimilable du fait de la membrane biologique qui se développe dans le fond des bassins et de la percolation à travers le sol,

- la disponibilité d'une grande réserve d'eau de bonne qualité ; la nappe joue le rôle de réservoir et la réalimentation n'est utilisée que lorsque la qualité de l'eau brute est acceptable. En cas de pollution anormale, elle est arrêtée. Cliquez ici »

•  Assainissement autonome: micro-station d'épuration simple, fiable et économiqueLa révolution de l'assainissement non collectif !

La micro-station easyOne fonctionne sur le principe des boues activées. L'épuration des eaux se fait dans une seule cuve et une seule chambre de traitement. Elle se différencie par son levier de transfert unique entièrement prémonté en usine. Les étapes de transferts, pour l'alimentation en eaux usées et le retour des boues sont donc supprimées, réduisant ainsi considérablement la consommation d'énergie. Grâce à cette nouvelle technologie, les eaux usées sont immédiatement activées par oxygénation, aucune fermentation n'est possible et aucun gaz malodorant n'est généré par le système. Cliquez ici »

• Des Solutions intelligentes de gestion des déchets.

La corbeille compactrice à énergie solaire CleanCUBE peut contenir jusqu'à 8 fois plus de déchets que les poubelles standards et communiquer sans fil avec la plate-forme d'analyse de données. Cliquez ici »

       Lecture Recommandée:

• Québec: Le co-compostage: Une solution novatrice et durable pour les sols contaminés aux hydrocarbures  Par Eric BERGERON, Chrisitian GOSSELIN et Jimmy CÔTÉ.

Extraits : «... La technique de traitement par biopile est très répandue pour traiter les sols excavés contaminés en hydrocarbures. Cette approche a fait ses preuves; elle est économique et durable. C’est une technologie qui consiste en la mise en piles de sols contaminés, l’ajout de nutriments inorganiques comme l’urée et l’aération des sols. Toutefois, certains hydrocarbures lourds peuvent être récalcitrants au traitement biologique conventionnel par biopile ou le temps de traitement peut s’avérer trop long. Le co-compostage des sols contaminés aux hydrocarbures est une technologie durable qui permet un traitement accru et plus rapide de ces hydrocarbures récalcitrants.

QU’EST-CE QUE LE CO-COMPOSTAGE?

Le compostage utilise l’activité microbienne pour minéraliser la matière organique en vapeur d’eau et en dioxyde de carbone à travers des processus biochimiques aérobies de décomposition (c’est-à-dire que les bactéries utilisent l’oxygène comme accepteur d’électrons) qui entraînent la montée en température des sols. Le processus de compostage est lancé en aérant un mélange de matières organiques biodégradables riches en carbone et en azote. Le co-compostage consiste donc à mélanger des amendements organiques compostables comme le fumier avec des sols contaminés par des composés organiques biodégradables, comme les hydrocarbures. La dégradation des contaminants dans un mélange riche en matières organiques et à température élevée présente de grands avantages, incluant une biodégradation plus rapide, des populations bactériennes plus diversifiées et divers processus favorisant la dégradation. La biodégradation rapide des contaminants est obtenue en ajustant l’humidité, la température, le pH, l’apport en oxygène et le ratio carbone-azote (C:N). Ces ajustements sont réalisés par l’ajout d’amendements organiques et d’eau ainsi que par la ventilation des sols.

PRINCIPALES MÉTHODES DE CO-COMPOSTAGE

Il existe deux principales méthodes de co-compostage. La première consiste à excaver des sols affectés et de les disposer en piles. Celles-ci sont entreposées sur une base imperméable afin de récupérer l’eau générée par le compostage. Les piles sont également recouvertes d’une membrane pour maintenir leur température entre 55 °C et 70 °C et protéger les sols traités des précipitations. La majeure partie des eaux riches en bactéries et en nutriments sont recirculées dans la pile. 
La deuxième méthode consiste à placer les sols et les amendements organiques en andains. L’aération et le mélange des sols sont alors assurés par l’intermédiaire d’un retourneur d’andains. Ce type d’équipement est utilisé fréquemment en Europe. Cette technique est cependant plus difficilement applicable au Québec, car la règlementation exige de récupérer et traiter les émissions atmosphériques ainsi que les eaux de lixiviation ...»- In:Vecteur Environnement, mars 2016, pp.54-57.

Lire les actualités de la newsletter de Veille Technologique « DSI» au format PDF. Cliquez ici »

Abonnez-vous !

Abonnez-vous à la newsletter "DSI"