DSI N°798

 Diffusion Sélective de l'Information

Du 12 au 18 aout 2019

         Veille Technologique:

• Traitement des déchets médicaux : la solution innovante STERIPLUS TM

«... La solution innovante Tesalys STERIPLUSTM a été spécialement conçu pour être installé au plus près de la source de production des déchets à risque infectieux permettant ainsi de diminuer les risques liés à leur stockage, transport et élimination.

Le système STERIPLUSTM est un appareil de prétraitement par désinfection des déchets d’activité de soins à risque infectieux, selon la définition de la norme NF X30-503 (anciennement appellé « banaliseur »). Il s’agit en fait d’un stérilisateur (autoclave) avec un broyeur intégré, qui réalise un broyage préalable des déchets et un cycle d’autoclavage à la vapeur à 135°C.
Les déchets infectieux, une fois traités dans le STERIPLUSTM, deviennent des déchets assimilables aux ordures ménageres (DAOM), et peuvent être éliminés comme n’importe quel autre déchet industriel banal (DIB) ou les déchets domestiques.
Le système Tesalys STERIPLUSTM réalise toutes les étapes dans un ensemble fermé, garantissant ainsi une sécurité totale pour les opérateurs et l’environnement.
Le dispositif traite l’air sortant ainsi que les effluents produits par l’appareil, en consommant très peu d’électricité et d’eau, grâce à des dispositifs pour la récupération d’énergie ...»- Cliquez ici »

Pour d'amples informations: 

- Voir la vidéo 1- Cliquez ici »

- Voir la vidéo 2- Cliquez ici »

Parole d’expert. Démolir des immeubles tout en triant et recyclant

«... Des millions de tonnes de déchets sont produits par le secteur du BTP chaque année. Ces déchets (Graviers, parpaings, verre, briques, bois, béton, fer, tuiles, ardoises… ) vivent une nouvelle vie grâce à la déconstruction. Un principe de démolition sélective et raisonnée qui ouvre de nouvelles perspectives : la valorisation de certains matériaux, mais aussi le développement de nouveaux métiers, techniques et filières dans le secteur du BTP. Une démarche gagnante pour le secteur et pour l’environnement.
Limiter le bruit et la poussière en déconstruisant
C’est en tout cas ce que propose le principe de déconstruction : démolir tout en triant et recyclant. Par exemple, les gravats sont réutilisés dans la réalisation de routes, les granulats dans le béton. Les chantiers intègrent alors une économie circulaire et vertueuse. Car la déconstruction transforme les déchets en ressources locales, économiques et avec impact écologique maîtrisé : pas d’extraction de matières premières, moins de transport, un deuxième cycle de vie moins polluant …
Un enjeu majeur pour le secteur du bâtiment, puisque la loi européenne prévoit 70 % de valorisation des déchets du BTP d’ici 2020 (directive-cadre 2008/98/CE). Et le principe de déconstruction va plus loin : il impose également de s’adapter au contexte local, avec limitation du bruit, des poussières, respect de l’environnement. La déconstruction s’applique à tous les types de bâtiments, l’habitat, les établissements publics, les commerces, les industries ou les bureaux, et elle se professionnalise, avec de nouveaux emplois à la clé.
Une technologie de pointe et de nouvelles pratiques
Avec la déconstruction, de nouveaux marchés et de nouvelles pratiques émergent, stimulant l’économie du secteur mais aussi l’innovation.
Une solution originale est l'outil de modélisation BatiRIM®  pour quantifier, qualifier et cartographier les flux issus du chantier et évaluer leur potentiel de réemploi, réutilisation et recyclage. Cet outil optimise les coûts et les délais, deux leviers majeurs pour les professionnels du bâtiment.
D’autres chantiers innovants se créent. Dans l’Ain, sur l’ancien camp militaire des Fromentaux, un robot scanne et traite de façon autonome les surfaces amiantées. L’évolution des travaux est suivie par un drone et même la base de vie des ouvriers est autonome, alimentée grâce à des panneaux solaires. Aussi, dans le chantier du métro du Grand Paris, des millions de tonnes de déblais sont valorisés en sous-couche routière, mobilier urbain ou briques de terre crue.
Quel avenir pour les déchets issus du BTP ?
Le secteur du Bâtiment produit actuellement trois types de déchets : des déchets inertes (béton, briques, céramique, tuiles, vitrages, terre et pierres), des déchets non dangereux non inertes et des déchets dangereux.
Une partie des déchets inertes est recyclée comme matériaux de construction de Travaux Publics (remblais, assises de chaussées…), ou bien valorisée dans le cadre de réaménagement de carrières ...»- Cliquez ici »

• OPACARB®FL : une nouvelle génération de réacteur à charbon actif traitant les micropolluants

«... De nombreux micropolluants organiques (pesticides, perturbateurs endocriniens, résidus médicamenteux …) présents dans les eaux usées sont mal éliminés dans les stations de traitement des eaux usées (STEU). Ces substances sont donc rejetées dans les milieux récepteurs à partir desquels l’eau potable est fabriquée. Différents procédés de traitement de ces micropolluants ont été développés et sont appliqués soit en traitement tertiaire des stations de traitement des eaux usées pour en réduire le rejet soit dans les usines d’eau potable. 

L’Oparcarb®FL est un nouveau procédé développé pour ce type d’application s’inscrivant dans la ligne conceptuelle des réacteurs à charbon actif. Les expérimentations permettent de souligner l’efficacité de l’Opacarb®FL tant en terme de qualité d’eau produite (turbidité, COD) qu’en terme d’efficacité vis-à-vis de l’élimination des composés responsables des perturbations endocriniennes. Aussi, le charbon actif utilisé est regénérable. Il n’y a donc pas de boue à traiter ...»-  Cliquez ici »

Pour d'amples informations:  Cliquez ici »

 

Lire les actualités de la newsletter de Veille Technologique «DSI» au format Pdf. Cliquez ici »

Réalisé par: Lobna ZOUAOUI, Ingénieur Data, chargée de veille technologique veille@citet.nat.tn

Vérifié par: Noura KHIARI, Chef du Service Documentation, Information, Edition et Marketing- cdi1@citet.nat

Validé par: Faouzi HAMOUDA, Directeur de la Documentation et de l'Information- cdi@citet.nat.tn


Abonnez-vous !

Abonnez-vous à la newsletter « DSI »