Alertes N°310

                                                                      Alertes Environnementales
                                                                              Le 28 mai 2020


• Les espèces marines migrent six fois plus vite que les espèces terrestres en raison du réchauffement climatique
«... Une étude franco-américaine, publiée ce lundi 25 mai dans la revue Nature Ecology & Evolution, s’intéresse aux migrations d’espèces marines et terrestres en raison du réchauffement climatique.
« Avec le réchauffement, des espèces migrent pour retrouver un environnement qui leur est clément. Et ce sont les espèces marines qui font la course en tête, se déplaçant jusqu’à six fois plus vite vers les pôles que leurs congénères terrestres », conclut une étude publiée ce lundi 25 mai dans Nature Ecology & Evolution, et menée par des scientifiques.
Les chercheurs ont analysé la vitesse de déplacement des aires de répartition de plus de 12.000 espèces animales et végétales, « en fonction de celle des isothermes en latitude et en altitude », est-il précisé. L’étude met en évidence « que les espèces marines sont capables de suivre, dans certaines conditions, la migration invisible des températures vers les pôles ». Une crouse modulée par la pression des activités humaines (pêche, aquaculture, agriculture, sylviculture, urbanisme…), qui accélère ou ralentit le déplacement des espèces ...» Cliquez ici

• Qualité de l’air intérieur : attention aux concentrations de polluants après rénovation
«... Une étude attire l’attention sur la surveillance de la qualité de l’air intérieur.
Des chercheurs ont étudié la concentration de radon, de polluants chimiques (Composés organiques volatils – COV) et biologiques à l’intérieur de logements à faible consommation énergétique en Suisse romande. « Les scientifiques ont analysé la qualité de l’air à l’intérieur de logements individuels, neufs ou rénovés. Les occupants de ces habitations ont complété, entre 2013 et 2016, un questionnaire sur leurs habitudes de vie et leur logement et reçu par la poste des kits de mesure, sur l’impulsion du Centre romand de la Qualité de l’air intérieur et du radon (CROQAIR) de la HEIA-FR, responsable du projet Mesqualair ».
Conclusion : les bâtiments dont les façades avaient été isolées sans mesures favorisant un bon renouvellement de l’air, présentent les concentrations les plus élevées de polluants. Les concentrations les plus basses ont été relevées dans les bâtiments dotés d’une ventilation mécanique, en majorité des bâtiments neufs. « Les chercheurs appellent ainsi les professionnels du bâtiment, les autorités compétentes et la population à porter plus attention à la qualité de l’air intérieur, afin d’assurer la qualité durable de l’environnement bâti en Suisse et d’éviter les conséquences sanitaires connues de ces composants dans l’air, à l’instar du cancer du poumon, des troubles respiratoires et cardiaques et de certains cancers ».
Attention aux rénovations
Les scientifiques supposent que les niveaux élevés de COV mesurés dans les immeubles construits entre 1950 et 1990, sont dus à certains matériaux de construction, à l’absence de ventilation mécanique et à l’absence de fuites d’air naturelles, « associée aux nouvelles conditions d’isolation, après rénovation énergétique ». En effet, sur 60 bâtiments rénovés étudiés, une tendance à l’augmentation de 20% du niveau de radon a été observée, par rapport aux mesures effectuées avant rénovation. La présence de garages et de caves sont des facteurs aggravants identifiés.
« Si nous négligeons l’impact de ces rénovations sur la qualité de l’air intérieur, les gains relatifs en termes d’économies d’énergie pourraient être bien inférieurs aux pertes résultant d’une dégradation de la santé et de la productivité des habitants. La profession devrait tenir compte simultanément de ces deux enjeux et ne pas les opposer », estime Dusan Lucina, co-auteur des publications ...»- Cliquez ici

Lire les actualités de la newsletter «Alerte Environnementale» au format Pdf. Cliquez ici

Elaboré par: Lobna ZOUAOUI, Ingénieur Data, chargée de veille environnementale - veille@citet.nat.tn

Vérifié par: Noua KHIARI, Chef Service Documentation, Information, Edition et Marketing - cdi1@citet.nat.tn

Validé par: Faouzi HAMOUDA, Directeur de la Documentation et de l'Information - cdi@citet.nat.tn

Tél.:  00216-71.206.647 / 71.206.482 – Adresse: Boulevard  du Leader Yasser Arafat - 1080 - Tunis

Autres numéros

Afficher tous les numéros

Abonnez-vous !

Abonnez-vous à la newsletter "Alertes"